T-Mobile nie avoir menti à FAC sur la taille de son réseau 4G

T-Mobile a nié avoir allégué avoir menti à la Federal Communications Commission au sujet de l'étendue de sa couverture 4G LTE.

Un groupe représentant les petits transporteurs ruraux a déclaré que T-Mobile avait prétendu avoir une couverture 4G LTE dans des endroits où il n'avait pas encore installé d'équipement 4G. Cela enfreindrait les règles de la FCC et empêcherait potentiellement les petites entreprises d’obtenir des fonds pour la construction de réseaux dans des zones non desservies.

T-Mobile a déclaré que les allégations formulées par la Rural Wireless Association (RWA) dans un document déposé vendredi par la FCC "sont manifestement fausses".

"Les fausses déclarations de RWA font partie d'un ensemble d'allégations sans fondement de l'organisation contre T-Mobile, conçues pour retarder ou contrecarrer la concurrence dans les régions rurales d'Amérique et priver les Américains des zones rurales d'un choix judicieux pour les services haut débit", a écrit T-Mobile. "Le mépris répété de l'organisation pour un plaidoyer basé sur des faits est un gaspillage irrespectueux du temps et des ressources de la Commission."

Les membres de RWA ont effectué, à leurs frais, des millions d'essais de vitesse pour déterminer si les demandes de couverture des principaux transporteurs sont correctes. Selon la RWA, Verizon et T-Mobile ont une couverture exagérée et la FCC prend les accusations au sérieux.

Le président de la FCC, Ajit Pai, a annoncé la semaine dernière que la FCC avait ouvert une enquête et qu'un examen préliminaire des données des tests de vitesse "suggère de graves violations des règles de la Commission". La FCC n'a pas précisé quel ou quels transporteurs violaient les règles.

"Sous peine de parjure"

L'année dernière, la FCC avait demandé aux opérateurs de classer des cartes et des données indiquant leur couverture actuelle 4G LTE avec des vitesses d'au moins 5 Mbps. Les transporteurs doivent fournir "une attestation d'ingénieur qualifié, sous peine de parjure, indiquant que les cartes de propagation et les détails du modèle reflètent la couverture du déposant à la date de création de la carte, conformément à tous les autres paramètres", a précisé la FCC.

Ces données sont censées aider la FCC à déterminer où distribuer jusqu'à 4,5 milliards de dollars en fonds de mobilité au cours des 10 prochaines années. Des données inexactes pourraient empêcher les petits opérateurs d'obtenir le financement de la construction du réseau dans les zones non desservies.

Dans le cas de T-Mobile, le RWA a déclaré que "T-Mobile a projeté sa futur Couverture 4G LTE et rapportée cette couverture de la Commission avant le 4 janvier 2018 ou avant cette échéance, au lieu de la couverture en vigueur à la date limite du 4 janvier 2018 ".

Le nouveau dossier de la FCC de T-Mobile indique que c'est inexact:

Contrairement à l'affirmation de RWA selon laquelle T-Mobile a soumis la couverture "future", T-Mobile a suivi les procédures requises et a soumis des fichiers de formes reflétant la couverture 4G LTE à compter de décembre 2017. Cela est conforme aux instructions de la Commission selon lesquelles les fournisseurs de services mobiles doivent soumettre des fichiers de formes reflétant la couverture "à partir de" 4 août 2017 ou plus tard. " Les cartes de couverture 4G LTE sont un instantané statique dans le temps. Plutôt que de surestimer la couverture de T-Mobile, les fichiers soumis sous-estiment probablement moins de couverture, car T-Mobile a continué à étendre son réseau tout au long du processus de contestation.

T-Mobile a également déclaré qu'elle "n'avait pas été contactée par la Commission à propos de l'enquête annoncée par l'agence… et n'a aucune raison de croire que T-Mobile est impliquée".

La RWA ne recule pas devant ses allégations. Les tests de vitesse effectués par les membres de RWA "de mars à novembre montrent que la couverture de T-Mobile n'est pas ce qu'elle a prétendu dans son dossier de couverture de janvier", a déclaré le groupe à Ars aujourd'hui.

"La question est de savoir si le dépôt effectué par T-Mobile en janvier décrivait avec précision sa couverture à ce moment-là", a poursuivi RWA. "Nos membres qui ont testé les zones de T-Mobile sur leurs marchés ont constaté que dans plus de 90% des tests, les données de couverture de T-Mobile du 4 janvier 2018 ne respectaient pas les critères de téléchargement de 5 Mbps."

Ce sera à la FCC de déterminer qui a raison. Pour le moment, la commission a suspendu la prochaine phase du processus de contestation des données en attendant les résultats de son enquête.