Les utilisateurs de scooter électrique ne portent pas de casque - le taux de blessures à la tête le prouve

Selon une étude originale publiée le vendredi 25 janvier, 40% des blessures liées à l'utilisation de scooters électriques impliquent des coups bas, tandis que près de 95% des cyclistes ne portent pas de casque.

Tandis que les scooters électriques et les vélos partent à la conquête de villes d’un bout à l’autre du pays, les experts de la santé cherchent des solutions aux problèmes potentiels de santé publique et de sécurité touchant le marché de la micromobilité. La nouvelle étude, publiée dans Réseau JAMA ouvert, est le premier à essayer de suivre le schéma des blessures liées aux scooters électriques.

«[Des] milliers de cyclistes utilisent désormais quotidiennement des scooters électriques debout dans les rues américaines, partagés avec des millions de piétons et de conducteurs», écrivent les auteurs, un groupe de chercheurs de l'Université de Californie à Los Angeles. Ils notent également que la nouvelle tendance des transports ne devrait s'accélérer qu'avec le service de scooters électriques sans quai Lime, évalué à 1,1 milliard de dollars et son concurrent Bird, à plus de 2 milliards de dollars. "Par conséquent, il est plus important que jamais de comprendre l'impact de l'utilisation croissante du scooter sur la santé publique", concluent les chercheurs.

Pour saisir certaines des premières données relatives aux blessures, les chercheurs ont surveillé les dossiers médicaux de deux départements d'urgence affiliés à UCLA pendant un an, éliminant ainsi les blessures causées par un scooter. Ils ont recueilli 249 rapports faisant état de blessures impliquant des scooters électriques entre le 1er septembre 2017 et le 31 août 2018. À titre de comparaison, ils ont relevé 195 blessures à vélo et 181 blessures à des piétons aux services d'urgence pendant la même période.

Parmi les personnes blessées dans des accidents liés à la trottinette, 58% étaient des hommes et l’âge moyen était de 33,7 ans. Près de 92% des blessés étaient des personnes utilisant un scooter au moment de leur blessure. Les autres étaient des piétons, dont 11 victimes de scooters et cinq personnes qui ont trébuché sur des scooters garés.

Les chercheurs ont découvert que les blessures à la tête représentaient 40% des blessures causées par un scooter. Bien que la plupart ne soient pas des cas graves et que les blessés aient été renvoyés chez eux à la salle d'urgence, deux cas étaient graves et ont été admis aux soins intensifs. Les autres blessures courantes comprennent les fractures des os (32%) et le regroupement des contusions, des entorses et des lacérations (28%).

Seuls 10 coureurs blessés portaient un casque. De plus, au cours d’une série de séances d’observation publique, les chercheurs ont constaté que près de 95% des cyclistes ne portaient pas de casque, malgré les lois locales qui en imposent le port.

Avec la faible utilisation du casque et le taux élevé de blessures à la tête, les chercheurs espèrent que les données pourront éclairer les politiques de santé. La conclusion tombe à l’heure actuelle, notent-ils, car la Californie vient de faire adopter par la loi un projet de loi soutenu par Bird qui supprime l’obligation de porter un casque protecteur pour les conducteurs de scooter électrique de plus de 18 ans.

Dans un éditorial d'accompagnement, Frederick Rivara, expert en prévention des blessures à l'Université de Washington, a souligné que les chercheurs en santé n'essayaient pas de faire pleuvoir des données sur les blessures lors du défilé des scooters. «Nous ne sommes pas des troglodytes qui essayons de mettre le génie dans la bouteille», a-t-il écrit. Mais, a ajouté Rivara, les experts de la santé devraient travailler avec les sociétés de micromobilité, les fabricants de casques et les décideurs pour s'attaquer à la sécurité.

«En tant que fournisseurs de soins de santé et de santé publique, nous devrions nous associer à ces autres acteurs pour veiller à ce que ces entreprises ne créent pas un nouveau problème de santé publique», a-t-il conclu.

Réseau JAMA ouvert, 2018. DOI: 10.1001 / jamanetworkopen.2018.7381 (About DOIs).