Microsoft: la société open source

La nouvelle de la conférence des développeurs de Microsoft, qui m'a le plus surpris, est que Microsoft fournira un véritable noyau Linux sous licence GPL, avec tous les correctifs publiés, avec Windows. Cette annonce a été faite avec l'annonce de Windows Terminal, une nouvelle interface frontale pour les programmes en ligne de commande sous Windows qui prend en charge, entre autres, les onglets.

L'implication croissante de Microsoft dans les logiciels open source n'est pas nouvelle, car des projets tels que Visual Studio Code et le runtime .NET ont fonctionné comme des projets open source axés sur la communauté. Mais les annonces de cette semaine étaient un peu différentes.

Le noyau Linux propulsera le sous-système Windows (WSL) de deuxième génération de Microsoft. La première génération de fichiers WSL contient une nouvelle implémentation partielle de l'API du noyau Linux qui utilise le noyau Windows NT pour exécuter ses fonctionnalités. En choisissant cette approche, Microsoft a évité l’utilisation de code Linux réel et a donc évité la licence GPL contenant des stipulations «virales» qui auraient forcé Microsoft à ouvrir le WSL source et peut-être même des parties de Windows.

Dans la deuxième génération de WSL? C'est un noyau Linux sous GPL complet fonctionnant sur une machine virtuelle légère. Cela ne fera pas partie de l'installation Windows de base. On m'a dit que les développeurs devront d'abord activer le mode développeur dans Windows, mais il s'agit néanmoins d'un composant sous licence GPL faisant partie d'un composant Windows. La fonctionnalité WSL de Windows repose sur des bases GPL et ce n’était pas ce que j’aurais pensé écrire il ya un an ou deux.

Ouvrir Windows lui-même

Le projet Windows Terminal n’est pas moins important. De nombreux utilisateurs de Windows sauront que les programmes de ligne de commande de Windows dépendent d'un processus nommé conhost.exe, chargé de dessiner les fenêtres de ligne de commande. Dans le cadre du terminal Windows, Microsoft a publié le code source de conhost.exe. Il s’agit d’un élément important (bien que peu intéressant) de Windows lui-même, et Microsoft l’a publié à l’aide de la licence permissive MIT. C'est, je pense, sans précédent. Bien que Microsoft ait ouvert des utilitaires Windows source tels que Calculator, cela représente la première fois que la société publie du code Windows principal et avec une licence open source à démarrer.

Le projet Windows Terminal est concédé sous licence de manière similaire. Bien que sa marque soit une des premières versions alpha à l’heure actuelle, une fois stabilisée et dotée d’un ensemble de fonctionnalités solides, elle sera probablement intégrée à Windows et livrée en tant que composant Windows standard. Comme avec la publication de conhost.exe, cela représente aussi une première: un (nouveau) composant Windows principal développé en open source.

Microsoft a changé. Ce n'est pas la compagnie qu'il était autrefois. L’open source n’est plus l’ennemi, c’est maintenant quelque chose qui joue un rôle dans l’ensemble de la société. Et l'open source ne concerne pas uniquement des applications discrètes et autonomes; c'est maintenant un bloc de construction viable pour les principales fonctionnalités de Windows.

En 2015, Mark Russinovich avait déclaré que Microsoft pourrait ouvrir Windows source. À ce moment-là, j’écrivais que cela ne se produirait pas de si tôt, mais que l’on pouvait s’attendre à ce que des composants individuels, tels que l’augmentation du nombre de composants du .NET Framework, voient leur source ouverte. Et voilà, cela semble être le chemin même que Microsoft prend. L'open source n'est plus qu'un élément de la boîte à outils de l'entreprise, et il y a peu de limite apparente à son utilisation.