AT & T a promis 7 000 nouveaux emplois pour obtenir un allégement fiscal, mais 23 000 emplois supprimés

AT & T a supprimé plus de 23 000 emplois depuis son importante réduction d'impôt fin 2017, malgré des pressions considérables en faveur d'une réduction de l'impôt en prétendant qu'elle créerait des milliers d'emplois.

En novembre 2017, AT & T avait préconisé une réduction de l'impôt sur les sociétés en promettant d'investir un milliard de dollars supplémentaire en 2018, son PDG, Randall Stephenson, affirmant que "chaque milliard de dollars investi par AT & T représente 7 000 emplois pénibles. Ce ne sont pas des emplois de base. 7 000 emplois de personnes travaillant dans le secteur de la fibre optique, des emplois pénibles qui rapportent entre 70 000 et 80 000 dollars par an. "

La réduction de l'impôt sur les sociétés a ensuite été adoptée par le Congrès et promulguée par le président Trump le 22 décembre 2017. La réduction de l'impôt aurait rapporté à AT & T 3 milliards de dollars supplémentaires en espèces en 2018.

Mais AT & T a réduit ses dépenses en capital et a licencié des personnes après la réduction des impôts. Une analyse syndicale des états financiers publiquement disponibles d'AT & T "montre que l'entreprise de télécommunications a éliminé 23 328 emplois depuis l'adoption de la loi sur la réduction des impôts et les emplois à la fin de 2017, dont près de 6 000 au premier trimestre de 2019", a déclaré hier le Communications Workers of America (CWA) .

L'emploi total d'AT & T s'élevait à 254 000 au 31 décembre 2017 et s'élevait à 262 290 au 31 mars 2019. Toutefois, l'effectif global d'AT & T n'a augmenté que grâce à son acquisition de Time Warner Inc. et de deux plus petites entreprises, qui ont ajouté 31 618 employés en 2018, selon déclaration de procuration d’AT & T citée dans le rapport de la CWA.

En excluant les gains de personnel résultant des fusions, les effectifs d’AT & T sont passés de 254 000 à 230 672, soit une réduction de 23 328 emplois, indique le rapport CWA. Ces chiffres concernent la main-d'œuvre mondiale d'AT & T, mais la grande majorité de ses employés sont aux États-Unis. Au 1er octobre 2018, AT & T comptait 44 892 employés non américains.

Les licenciements les plus récents ont touché 368 techniciens syndicaux en Californie, a annoncé la CWA la semaine dernière.

AT & T a également supprimé plus de 10 000 emplois chaque année en 2016 et 2017. Au 31 décembre 2015, 281 450 employés occupaient ce poste, 268 540 au 31 décembre 2016 et 254 000 à la fin de 2017.

AT & T a également réduit ses dépenses en capital

"Le rapport annuel d'AT & T montre également que la société a augmenté la rémunération de ses dirigeants et suggère qu'après les remboursements, elle ne payait aucun impôt sur le revenu en espèces en 2018 et réduisait les investissements en immobilisations de 1,4 milliard de dollars", écrit le CWA.

AT & T a déclaré des dépenses en capital de 21,6 milliards de dollars en 2017 et de 21,3 milliards de dollars en 2018, soit une réduction de 300 millions de dollars. CWA a déclaré à Ars que la réduction était de 1,4 milliard de dollars en "excluant les remboursements du gouvernement fédéral pour la construction de FirstNet", le réseau de sécurité publique financé par le gouvernement d'AT & T.

Les dépenses en immobilisations d’AT & T ont déjà diminué de plus de 900 millions de dollars cette année, alors que les télécommunications déclaraient des dépenses en immobilisations de 5,18 milliards de dollars pour le premier trimestre de 2019, en baisse par rapport à 6,12 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2018.

"Ce que AT & T fait pour les travailleurs qui travaillent à travers l'Amérique est honteux", a déclaré le président de la CWA, Chris Shelton, dans l'annonce du syndicat. "Le Congrès doit enquêter sur AT & T pour savoir comment il utilise son impôt fiscal puisque ses propres données accessibles au public déclenchent déjà de graves alarmes. AT & T a obtenu son allégement fiscal. Où se trouvent les emplois?"

Les dépenses en capital réelles d'AT & T, qui s'élevaient à 21,3 milliards de dollars en 2018, étaient bien en deçà de ce que les investisseurs attendaient des investisseurs au début de 2018, affirmant que les dépenses en capital pour l'année entière "se rapprocheraient" de 25 milliards et seraient "23 milliards", déduction faite des remboursements FirstNet prévus . "

AT & T supprime des emplois dans des unités d’affaires «en déclin»

Lorsqu'il a été contacté par Ars, AT & T n'a réfuté aucune des conclusions de la CWA concernant les suppressions d'emplois. "Nous continuons à embaucher dans les régions où la demande en produits et services est en augmentation, mais la technologie évolue rapidement, ce qui affecte le recrutement et l'emploi", a déclaré AT & T à Ars. "Il y a moins d'emplois dans certaines parties de l'entreprise en déclin et confrontés aux changements technologiques."

AT & T a également déclaré qu '"elle a récemment ouvert de nouveaux centres d'appels de 500 places à Chicago; Houston; Sunrise, en Floride; et à Mesa, en Arizona, et que" la plupart des emplois dans ces centres d'appels seront pourvus par des représentants syndicaux. employés."

AT & T a déclaré qu’il fallait franchir plusieurs étapes pour conserver ses employés existants malgré la réduction de ses effectifs. AT & T a déclaré:

Nous travaillons très fort pour garder les employés pendant ces transitions: par attrition normale, lorsque cela est possible, des offres de suivi du travail (souvent avec une indemnité de déménagement), des programmes de correspondance internes et des offres de départ volontaire.

De nombreux employés représentés par un syndicat bénéficient d'une garantie d'offre d'emploi leur garantissant qu'un autre emploi au sein de l'entreprise leur est proposé si leur emploi actuel est supprimé.

Lorsque nous avons écrit sur les licenciements chez AT & T en janvier dernier, AT & T a déclaré à Ars que "nous avons embauché plus de 20 000 nouveaux employés l'année dernière et plus de 17 000 l'année précédente". Mais les états financiers de la société indiquent clairement que les nouvelles embauches ont été bien loin des réductions d’emplois.

"Tandis que AT & T réagit aux critiques concernant ses suppressions massives d'emplois en se vantant d'embaucher, embaucher pour faire face au chiffre d'affaires n'est pas la même chose que pour créer des emplois", a déclaré CWA hier.