Contacter l'Association Adapté par l'Association-Web-PME.info CMSimple_XH Legal Notice Designed By Dotcomwebdesign.com
Accueil > But de l'Association > Mentions Légales pour un site Web
Hébergement
Navigateur recommandé

Mentions Légales pour un site Web

Le décret du 9 mai 2007 relatif au registre du commerce et des sociétés et modifiant le corde du commerce (partie réglementaire) a précisé les mentions légales obligatoires et les sanctions en cas de manquement aux obligations de mentions légales sur les sites Web des entreprises et personnes physiques ou morales immatriculées.
Plus on en dit, mieux c'est ! Informer les internautes sur l'identité de la personne qui est derrière un site Web permet de les rassurer : tel semble le principe de la loi du 21 juin 2004, d'ailleurs intitulée loi pour la confiance dans l'économie numérique. Cette loi, et d'autres textes, obligent les éditeurs professionnels de sites Web à s'identifier.Des informations à fournir obligatoirement

La loi de 2004 fixe des obligations différentes selon que l'éditeur professionnel d'un site Web est une personne physique ou une personne morale. Ceux qui exercent individuellement mettent à disposition du public "leurs nom, prénoms, domicile et numéro de téléphone" et, s'ils sont assujettis aux formalités d'inscription au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers, "le numéro de leur inscription".

Les sociétés, associations, etc. qui exploitent un site Web doivent quant à elles indiquer "leur dénomination ou leur raison sociale et leur siège social, leur numéro de téléphone et, s'il s'agit d'entreprises assujetties aux formalités d'inscription au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers, le numéro de leur inscription, leur capital social, l'adresse de leur siège social".

Que l'éditeur du site soit une personne morale ou physique, il devra aussi indiquer le nom du directeur ou du codirecteur de la publication (et le cas échéant celui du responsable de la rédaction), ainsi que les coordonnées de leur hébergeur, le tout dans un "standard ouvert " dit la loi. Ces mentions permettront aux tiers de pouvoir exercer un droit de réponse, ou de notifier mise en ligne d'un contenu illicite.

On le voit, les indications à fournir par l'exploitant d'un site Web sont nombreuses... Mais si la loi est très précise sur les informations à communiquer, elle est muette sur les sanctions qui s'appliquent en cas de violation de cette obligation d'identification ! Ainsi, saisi du cas d'une S.A.R.L. qui avait "omis" les informations prévues par la loi du 21 juin 2004, le tribunal de grande instance de Paris lui a simplement ordonné de mentionner ces informations (1).

Des informations à fournir sous peine de sanction
La justice pourrait se montrer moins clémente désormais ! En effet, un décret qui vient d'entrer en vigueur (2) énonce que toute personne immatriculée au registre du commerce et des sociétés doit indiquer sur son site Internet "la mention RCS suivie du nom de la ville où se trouve le greffe où elle est immatriculée", ainsi que son numéro unique d'identification et le lieu de son siège social. A première vue, ce texte ne fait que répéter ce que disait déjà la loi. A ceci près qu'il exige la fourniture d'une information autre que le nom et le numéro d'inscription au RCS : le numéro SIREN (3). De nombreux commerçants n'avaient de toute façon pas attendu ce texte pour communiquer ces informations sur leur site Web comme ils le font sur tous leurs documents commerciaux.

Alors, pourquoi s'intéresser à ce texte ? Parce que cette disposition nouvelle qui vise expressément les sites Internet se termine ainsi : "l'infraction à ces obligations est punie de l'amende prévue pour les contraventions de la 4e classe". Ce qui signifie que l'amende peut s'élever à 750 euros ! (4) Les commerçants qui ont des sites, même de simples vitrines, doivent donc vérifier que leurs mentions sont conformes...

Rappelons que les informations à fournir sur un site peuvent ne pas se limiter à celles qui viennent d'être évoquées. Sur les sites de commerce électronique, il faut mentionner d'autres données, comme une adresse de courrier électronique, le numéro de TVA intracommunautaire, etc.


(1) 6 décembre 2005
(2) Décret du 9 mai 2007 relatif au registre du commerce et des sociétés et modifiant le code de commerce
(3) Et dans le cas d'une société commerciale dont le siège est à l'étranger, devront en outre figurer sa dénomination, sa forme juridique et le numéro d'immatriculation dans l'Etat où elle a son siège, s'il en existe un
(4) Article 131-13 du code pénal

Vous trouverez ci-dessous l'extrait du décret du 09 mai 2007

 

Art. 29. L'article R. 123-237 est remplacé par les dispositions suivantes :

« Art. R. 123-237. Toute personne immatriculée indique sur ses factures, notes de commande, tarifs et documents publicitaires ainsi que sur toutes correspondances et tous récépissés concernant son activité et signés par elle ou en son nom :

  1. Le numéro unique d'identification de l'entreprise délivré conformément à l'article R. 123-235 (N° SIRET) ;
  2. La mention RCS suivie du nom de la ville où se trouve le greffe où elle est immatriculée ;
  3. Le lieu de son siège social (comportant les coordonnées téléphoniques);
  4. Le cas échéant, qu'elle est en état de liquidation ;
  5. Si elle est une société commerciale dont le siège est à l'étranger, outre les renseignements mentionnés aux 3 et 4, sa dénomination, sa forme juridique et le numéro d'immatriculation dans l'Etat où elle a son siège, s'il en existe un ;
  6. Le cas échéant, la qualité de locataire gérant ou de gérant mandataire ;
  7. Si elle est bénéficiaire d'un contrat d'appui au projet d'entreprise pour la création ou la reprise d'une activité économique au sens du chapitre VII du titre II du livre Ier du code de commerce, la dénomination sociale de la personne morale responsable de l'appui, le lieu de son siège social, ainsi que son numéro unique d'identification.

Association Web PME